Découvrez l'histoire de Côme

Aujourd'hui, nous allons aborder un sujet tabou : les violences faites aux hommes. Cette violence est mal représentée par les statistiques. Les hommes en parlent moins, le déclarent moins. Quand 10 femmes sur 100 déposent plainte suite aux violences qu’elles ont subies, seuls 3 hommes sur 100 osent se tourner vers la justice.

Nous ne pouvons plus ignorer ces violences, mais soutenons les victimes. Le féminisme, c'est aussi aider les hommes.


Côme fait partie des victimes d'abus sexuel ayant eu le courage de prendre la parole. Découvrez son histoire.



- Bonjour Côme. Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Côme et j’ai 18 ans. Je fais des études d'histoire et de psycho. En parallèle de mes études, je travaille à mi-temps dans un magasin. Je suis passionné par l’écriture et la sculpture.


- Peux-tu nous raconter ton histoire ?

Tout a commencé au début de mon année de 1 ère. Je sortais avec une fille pour la première fois et j'étais de la team « pas de sexe avant le mariage ».

Après un mois de relation, je l'ai embrassée pour la première fois. Mais elle avait un an de plus que moi, et elle voulait faire sa première fois. Moi non, je voulais attendre. Elle me disait qu’elle respectait ma décision. Pourtant, elle posait les gestes et je la repoussais timidement. Mais ça l’a vexée, alors l'ai laissée faire un peu.

Puis viens le jour où elle me dit qu'elle veut vraiment le faire avant le mariage, en sous entendant que si ce n’était pas avec moi, ça sera avec quelqu’un d’autre. On s’est disputé, puis j’ai craqué parce que je l'aimais (enfin je le pensais à cette époque). Elle ne s’est intéressée qu'à son propre plaisir. Je n'étais qu'un objet. Elle me disait toujours que j'étais nul au lit, que je ne savais rien faire, que je n’étais pas intéressant. Puis, elle m'a trompé avec 2 garçons et 2 filles, en seulement 8 mois de relation. La situation devenait toxique. Elle me disait sans cesse que tout le monde était hypocrite sauf elle, y compris ma famille.

Un jour, je n’en pouvais plus et je l'ai quittée. Sa meilleure phrase de rupture a été : "Je ne t'ai pas trompé, bon okay celui-là à la rigueur je suis d'accord, mais pas les autres". Elle m'a harcelé de messages pendant plus de 6 mois, pour me dire que j'étais un connard. Je suis tombé dans une dépression. Au bout de 8 mois je ne mangeais plus, je ne dormais plus et j’ai fait deux tentatives de suicide. Lors de la deuxième, je me suis dit « Si je me réveille, je m'en sors. Sinon bah je suis mort ». Quand je me suis réveillé, j'ai demandé à voir un psy. Mes parents étaient sur le cul. En 4 mois de thérapie avec mon psy, j’ai compris que cette fille était une perverse narcissique et que j'ai failli y passer.

Puis, j’ai rencontré une autre fille. Elle était comme moi sur beaucoup de points : on l'a trompée, on partageait les mêmes valeurs, etc. Je lui parle de toute mon histoire, sachant que j'étais vraiment dégouté du sexe. Elle comprenait et respectait. Pourtant, 2 mois plus tard elle prononce cette phrase « De toute façon, tu n'es plus vierge tu n’as pas ton mot à dire ». J’ai refusé, et elle fait la gueule pendant longtemps.

Sa véritable personnalité s’est révélée, elle avait joué un rôle avec moi. On s’est séparé, mais on a fini par se remettre ensemble, et pour ne pas la contrarier et revivre la même pression, j’ai accepté de le faire avec elle. S'ensuit alors une nouvelle rupture et des humiliations en tout genre de sa part. J’ai revu mon psy, qui m’a confirmé que j’avais encore eu à faire à une perverse narcissique. Puis, j’ai rencontré une nouvelle fille. Elle me comprend, ne me force pas, me demande bien si j’ai envie de le faire ou non. Ce fut la première fois que j'ai choisi de le faire. Je n'ai compris qu'après quelques mois que j’avis subi des viols, et que les hommes aussi peuvent être violés.


- Avant ces rapports forcés, comment se passait tes relations avec elles ? Qu'est-ce qui t'a attiré chez elles ? Pourquoi n'es-tu pas parti quand tu sentais qu'elles ne partageaient pas la même vision de la vie que toi ?

Avec la première, ça allait doucement. Elle m'avait déjà trompé une fois et elle me manipulait, alors je ne m’en rendais pas compte. Pour moi tout allait bien avant cela. Pour la deuxième, elle a joué un jeu tout au long de notre relation. Elle me disait ce que je voulais entendre pour arriver à ses fins.

Je ne suis pas parti car je pensais que les gens pouvaient changer par amour…

- Comment t'es-tu senti pendant et après ces agressions ?

Au début, j’ai juste passé mon chemin en ignorant le mal qu’elles m’avaient fait. Mais très vite, j’ai commencé à me sentir vraiment très mal, je me sentais sale. J'ai perdu le goût avec ma dépression. Je ne mangeais qu'avec peine. Je ne dormais plus non plus.

J'ai commencé à avoir des envies suicidaires très puissantes, elles sont rapidement devenues omniprésentes, d’où mes deux tentatives de suicide.

- Ton entourage est-il au courant ? Comment a-t-il réagi ?

Seuls certains amis sont au courant, mais ils n’ont rien dit ou fait.

- As-tu été confronté à des situations où l'on ne te croyait pas uniquement car tu es de sexe masculin ?

Oui, plusieurs fois.

Par exemple, récemment j’ai raconté mon histoire à une collègue de travail. Elle m’a répondu que ce n’était pas possible parce que je suis un homme, que c’est la société qui m’a poussé à l’acte avec ces filles, mais pas elles parce que les hommes qui battent et violent les filles…

- As-tu déposé plainte ? Si oui, comment cela s'est-il passé ? Où en est ton affaire aujourd'hui ? Quel a été ton déclic ? Si non, pourquoi ? Qu'est ce qui te retient de déposer plainte ?


Non je n’ai pas souhaité déposer plainte, parce que c'était vieux et ça aurait juste remué le couteau dans la plaie. Elles sont loin de moi aujourd’hui, je ne veux pas réentendre leur voix.

J’ai également peur d'être remanipulé, par elles ou la justice.

- Quelles ont été les répercussions dans ta vie ? As-tu traversé des périodes de dépression ? (TCA, idées noires, tendances autodestructrices, usage de drogues...)

Je n’ai pas touché à la drogue, mais j’ai traversé une longue période de dépression. J’avais des envies suicidaires, une perte du goût et de la faim. Je ne mangeais que pour que mes parents ne m’engueulent pas.

Puis je me suis scarifié, et fait 2 tentatives de suicide (médicaments, pendaison).


- Comment as-tu fait pour te reconstruire ? As-tu mis en place des "rituels" pour te rassurer ou t'apaiser ? As-tu eu un suivi psychologique ou as-tu traversé cela tout seul ?

Au lendemain de ma 2ème TS, j'ai demandé à voir un psy. Je ne voulais et ne pouvais plus supporter ça. J'ai fait 4 séances, et comme ça coûtait cher bah je m’en suis sorti tout seul.

Et là, je reprends un entretien avec un psy parce que j'ai du mal, et je ne veux pas que ça gâche ma relation actuelle. Même si ça va mieux, j'ai l'impression d'être le fautif, de m'être fait tromper par ma faute, violé à cause de mon comportement, etc.

- Croises-tu encore ses filles ? Ressens-tu toujours quelque chose pour elles ? (Syndrome de Stockholm)

J'ai croisé une de ces filles il y a peu, et j'ai eu peur comme jamais. Je me sens lâche, et en même temps je ressens une envie de violence intérieure.


- Quel regard portais-tu sur ton corps après les faits ? Et aujourd'hui ?

Après les faits, je me trouvais moche, sale, nul, pas intéressant, nul à tout (sexe, amour, intelligence…). Maintenant ça s'améliore, mais je ne crois personne quand on me dit que je suis beau ou que je suis intelligent.

- Comment se passent tes relations amoureuses (et sexuelles) aujourd'hui ? Cet événement a-t-il toujours des répercussions ?

Oui cela a eu toujours des répercussions, je sens un blocage, j'ai comme un morceau cassé en moi.

Mais cela se passe tout de même mieux aujourd’hui grâce à ma partenaire actuelle. Avec l’amour, j'éprouve un plaisir que je n’avais jamais ressenti.

Pourtant, je me sens toujours sale. Et parfois, je me sens même mauvais pour la fille avec qui je suis. Je me réveille chaque matin en revoyant mes bourreaux. Je suis à deux doigts de pleurer et j’ai peur que ça gâche tout avec ma copine, bien qu'elle connaisse mon histoire.

- Quels sont tes objectifs aujourd'hui ?

Aller mieux, regarder vers le futur et arrêter de ressasser mon passé tous les matins.

- Que dirais-tu aux hommes qui traversent la même situation ?

Ne laissez personne vous dicter votre vie, aimez seulement ceux qui vous aiment réellement et qui prennent soin de vous.

Et surtout, les gens ne changent pas par amour (ou seulement pour un temps, la vraie nature revient toujours) !


Merci Côme d'avoir eu le courage de témoigner et permettre à la société d'ouvrir les yeux sur la condition des hommes. Nous te souhaitons le meilleur pour l'avenir.



Un commentaire, une suggestion, envie de témoigner ? N’hésitez pas à nous contacter ! 😊 A très vite pour un nouvel article !

69 vues0 commentaire